Droits des personnes vulnérables: Prévention, protection, et poursuite judiciaires

Le 19 septembre 2019, une quarantaine d’agents des forces de sécurité intérieure (FSI), des représentants de la société civile et des autorités nigériennes dans la région d‘Agadez se sont réunis pour échanger sur la protection des personnes vulnérables et le renforcement de la confiance mutuelle entre les FSI et la société civile.

Image for post
Image for post

Au cours de la journée les participants ont assisté à plusieurs présentations. Parmi eux, Mr Mahamane Moctar, Inspecteur de la Police d´Agadez, a evoqué les différentes mesures pour la protection des femmes et des enfants justiciables. Mr Rabo Mahamane Mourtala, Juge des mineurs au Tribunal de Grandes Instances d’Agadez, a pour sa part mis en perspective les droits de l´enfant et les mesures de protection judiciaire mise en place pour les mineurs.

Image for post
Image for post

Dans sa présentation, Mme Susanna Mehtonen, Conseillère en droits de l’homme de l’Antenne d’Agadez d’EUCAP Sahel Niger, a souligné que l’on ne peut pas définir des personnes comme « vulnérables » du simple fait qu’elles font partie d‘une certaine catégorie. La vulnérabilité est définie par le fait que la personne se trouve dans une situation de fragilité particulière, à un moment donné, qui l’empêche de se protéger contre l’Etat ou contre la société.

Ainsi, « Les femmes ne sont pas vulnérables parce qu’elles sont simplement des femmes », a-t-elle expliqué devant l’audience. « Au contraire, je vois devant moi ici des femmes qui sont des leaders de la société civile, de la police, de la gendarmerie et de la garde nationale. Ces femmes ne sont pas vulnérables, mais fortes et indépendantes, et surtout, égales dans la société », a conclu Mme Mehtonen.
Mr Moussa Bachir Saley, de la Commission Nationale des Droits Humains à Agadez, a confirmé cette approche : « La protection des femmes impose de se poser la question suivante: « Qu’est-ce qu’une femme vulnérable ? Et comment peut-on la protéger ? Tout cela doit nous aider à confirmer si une femme vulnérable a besoin d’aide et elle a également des droits, » a-t-il conclu.

Image for post
Image for post
Image for post
Image for post

A la fin du séminaire, Mme Imran Wana Barira, Directrice Adjointe de la Direction de la Promotion de la Femme et la Protection de l’Enfant, a souligné l´importance d´une bonne cohabitation entre la société civile et les FDS, dont des échanges avantageux ont motivé la salle.

Enfin, les intervenants ont proposé des recommandations pour la future coopération entre les FSI, les autorités et la société civile pour améliorer la protection des personnes vulnérables. Ainsi, les intervenants ont recommandé aux autorités de créer un centre d´accueil et de traitement au profit des personnes vulnérables à Agadez. Ils ont également demandé aux FSI de former les agents quant à la protection des personnes vulnérables et de renforcer la coopération avec la société civile sur ce sujet. Aux partenaires internationaux, les intervenants ont recommandé de continuer à soutenir les formations et autres activités sur la protection des personnes vulnérables.

Les participants se sont accordés pour considérer que ce séminaire était la première étape nécessaire d´une coopération à long terme entre la société civile, les autorités et les FSI afin d’ améliorer la protection des personnes vulnérables dans la région d’Agadez, comme les enfants en conflit avec la loi et les femmes victimes de violences.

Image for post
Image for post

Mission civile de l’UE qui soutient le Niger à renforcer sa sécurité intérieure // EU civilian Mission assisting Niger to strengthen internal security

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store